Beaucoup trop de sucres, de gras et de sel à l’épicerie

Beaucoup trop de sucres, de gras et de sel à l’épicerie

66 % des aliments transformés achetés par les Québécois
ont une teneur élevée en sucres, sodium et gras saturés.

 

C’est encore arrivé ? Un autre article criant a été publié à la fin du moins de juin. Sur ce fait, je n’ai que trois mots à dire : merci, merci, merciski !

Enfin on pointe du doigt la piètre qualité d’une grande quantité d’aliments qu’on retrouve sur le marché : trop de sucre raffiné, trop de sel, trop de gras saturés et peu de fibres. Comment pensons-nous pouvoir travailler en prévention de la santé de la population si, dans les supermarchés, on ne retrouve surtout que des aliments ultra-transformés ?

Le sucre, le sel et le gras sont des agents de conservation et permettent de magnifier les goûts. Plus on en mange, plus on en veut. De plus, leur faible coût permet de mettre sur le marché des produits à des prix inférieurs que des produits plus sains qui utilisent des aliments de qualité. Or, qu’en est-il de notre santé? N’est-ce pas ce que nous avons de plus précieux?

Dernièrement, j’ai lancé des sauces BBQ, un ketchup sain et des vinaigrettes 100 % naturelles. J’en ai peut-être surpris plusieurs, mais c’est parce qu’il y a TOUJOURS (ou très très souvent) une quantité surprenante de sucre raffiné ajouté dans ces produits.

Bien manger et mieux manger, c’est aussi faire le choix d’investir dans sa santé.

Quand le goût est au rendez-vous et quand on a du plaisir à manger, avoir moins de sucre raffiné ajouté, moins de gras saturés, moins de sel et plus de fibres devrait être la norme.

Éduquer sur le fait de mieux manger pour mieux-être et mieux vivre, ce n’est pas toujours évident. C’est pourtant la mission que je me suis donnée depuis le succès fulgurant (bien honnêtement) de mon premier livre Ces galettes dont tout le monde parle.

Lorsque je fais un face-à-face avec des articles qui pointent la triste réalité de l’alimentation au Québec, je me dis que mon intuition avait raison. Je dois continuer. En passant, savez-vous que le Canada est le 2e pays dans le monde, après les États-Unis, qui consomme le plus d’aliments ultra-transformés?

J’espère de tout mon cœur qu’on perdra notre place sur ce podium. Alors je vais continuer à vous offrir des alternatives plus saines pour vous donner le goût de mieux manger.

Extraits clés de l’article du journal Le Soleil paru le 26 juin 2024 : 

 

66 % des aliments transformés achetés par les Québécois ont une teneur élevée en sucres, sodium et gras saturés.

Les achats des Québécois reflètent surtout l’offre alimentaire disponible sur les tablettes, qui gagnerait à être améliorée du point de vue nutritionnel. « On fait les choix en fonction de ce qui est offert. Ce qui est offert, c’est ce qui est acheté », assure Julie Perron, nutritionniste et professionnelle en recherche affiliée à l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels de l’Université Laval (INAF).

Une nouvelle étiquette nutritionnelle fera son apparition sur le marché d’ici janvier 2026, selon l’exigence de Santé Canada. Tous les aliments ayant une teneur élevée en sucres, en sodium ou en gras saturés devront afficher un avertissement sur l’emballage au plus tard le 1er janvier 2026.

Quelques constats :

  • Près de la moitié des produits achetés ont une valeur élevée en sodium, une conclusion «majeure» selon les chercheuses.
  • Cinq catégories ont été ciblées par les chercheurs comme prioritaires pour leur amélioration : les pains tranchés, les céréales à déjeuner, les biscuits et galettes, les produits de fromage et les grignotines salées.
  • Les Québécois ont tendance à avoir le «palais sucré».

 

***

Comme on ne peut partager des articles qui proviennent des médias, ma seule façon de vous le faire connaître était de faire cet article sans prétention. J’espère que vous appréciez

Mériane

Votre Madame Labriski affamée d’innovation alimentaire qui a faim de plus de joie dans la société

Xxx

.

.

.

P.S : En passant, mes produits alimentaires sans sucre raffiné ajouté sont maintenant disponibles pour les institutions (école, hôpitaux et restauration). Merciski de passer le mot. C’est ensemble qu’on peut changer le monde.

Intéressé.es ? Écrivez à info@madamelabriski.com

 

Source: https://www.lesoleil.com/actualites/sante/2024/06/26/trop-de-sucres-de-gras-et-de-sel-a-lepicerie-7YKKQZQH6FGQDHPNYHVK3OT2PI/

Vous pourriez aussi aimer

On reste en contact?

Infolettreski!
Pour tout savoir sur les aventures inspirantes et les nouveautés gourmandes de la Madame.